Envie de participer ?

Coupe de France : Les pingouins arrachent leur qualification pour le 6ème tour

Publié il y a 1 semaine par

Coupe de France : Les pingouins arrachent leur qualification pour le 6ème tour

Mission accomplie pour les hommes de Franck Vallade qui se qualifient aux tirs aux buts : 8-9

Il s'agissait d'avoir les nerfs solides et de ce dire que dans "La Coupe De Tous Les Possibles"...tout est possible.

Il fallut n'attendre que....80 minutes, (quand même) pour voir le premier but de la rencontre s'afficher sur le tableau électronique et entendre Patrick de Lorraine, le speaker, annoncer son auteur Hicham M'Laab...

Bergerac ouvrait le score et menait 1-0 et côté libournais les esprits commençaient déjà à se poser des questions. "Les pingouins y arriveront-ils ou vont t'ils se faire...plumer dans cette rencontre?"
Reste tout de même 10' de jeux. Le compteur tourne, le temps s'égraine. Le speaker annonce "Temps additionel 3 minutes...minimum."
Et..........dans le debut du temps additionnel....Baïdy Dia, ancien Bergeracois, se rappelait au bon souvenir du public et égalisait pour les libournais. "Ouf!"

1-1...Séance de tirs au buts (Aïe!Aïe)

Finalement les quelques 200 spectateurs présents (les autres étant restés chez eux devant leur écran d'ordinateur, la retransmission intégrale de la rencontre étant offerte sur la chaine Youtube de Bergerac) ont eu droit à une belle qualification des pingouins ce samedi soir lors du 5e tour de la Coupe de France 2020-2021.
Une qualification difficilement obtenue à l'issue d'une très longue
et incertaine séance de tirs aux buts (eh oui, deux séries), ce qui n'était pas sans rappeler aux fidèles supporters un certain 25 janvier 2003 (17 ans déjà que les hommes de Jean-Marc Furlan éliminaient Le Mans aux pénaltys 12 à 11 ) et finalement remportée 8- 9 par les pensionnaires de National 3 mettant ainsi fin au parcours de ceux de Bergerac qui évoluent eux, en National 2.

Il est vrai que pour les vaincus la défaite est cruelle, surtout lorsque l'on s'est bien battu et fait "le job", bravo aux bergeracois.
Mais ce qui fait le charme de la Coupe de France c'est "quand le petit vainc le plus grand". Souvenons nous de "David et Goliath"
Pour Libourne, le rêve continue.

 

 

 

 

 

Commentaires